Please reload

Posts Récents

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts à l'affiche

Il était une fois... LA CURE !

December 23, 2018

       Du latin cura : soin, surveillance, le terme « cure », en anglais, signifie guérir ! Ainsi, la définition même d’une cure, dans son sens premier, est simple puisqu’il s’agit d’un traitement médical ou l’usage prolongé d’un élément X (soin, aliment, sommeil…). Son sens a néanmoins été très largement détourné mais en visant toujours l’objectif de l’accès, par la cure, à une meilleure santé globale.  

 

         Aujourd’hui la cure est déclinée sous diverses formes et appellations. Si l’on met de côté l’ensemble des séjours thérapeutiques, réalisés en station thermale et sur prescription médicale, les cures se concentrent sur une seule et même intention : le bien-être de l’individu. Ensuite chaque institut, chaque marque ou chaque praticien en va de sa formule alliant majoritairement une diète spécifique, des exercices physiques plus ou moins intenses, des soins corporels et du repos.

         Par extension, la cure, hors contexte médical, est ainsi devenue un véritable effet de mode pour les établissements comme pour les marques. Entre diverses cures DETOX ou cures de JOUVENCE comment s’y (re)-trouver, comment dénicher celle qu’il nous faut et comment s’assurer des bienfaits notoires garantis. L’offre s’élargit de plus en plus et même s’il faut d’une part, impérativement veiller à la qualité du contenu proposé, il est, d’autre part, néanmoins possible à travers ses très nombreuses propositions, de trouver celles qui nous correspondent le mieux.

 

         Au fil des lignes suivant cette brève introduction, je me fais le plaisir de vous parler tout d’abord de cet effet de mode synonyme de l’essor d’un marché fleurissant. Puis je prendrais le temps de vous décrire la cure telle que l’Ayurvéda la définit, la pratique encore de nos jours et l’exporte à travers le monde. Enfin je vous présenterai l’approche de MayStudio en terme de rééquilibrage d’une hygiène de vie globale et de son maintien à long terme dans nos quotidiens.

 

En trois mots : CHACUN SA CURE !

 

 

Suis-je une victime de la mode ?

  

        La cure, dans ses nombreux sens dérivés, suit les tendances… Le fait est, qu’au fil des ans, on se rend compte de plus en plus de l’effet cyclique du fonctionnement de notre monde. Ainsi tout n’est qu’inspiration… et le secteur du bien-être n’y échappe pas. Chacun puise son concept dans d’innombrables sources tant scientifiques et médicales que philosophiques et spirituelles. Ainsi, selon les goûts, les couleurs et bien souvent l’épaisseur du portefeuille… vous trouverez un très large panel de formules différentes allant de la retraite ascétique au luxueux séjour Détox avec Wi-Fi s’il vous plait !

 

Bien-être (nom masculin invariable) :

État agréable résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l'esprit.

 

      Dès lors, plus qu’une mode, le bien-être est devenu une quête et va ainsi à l’encontre de ses principes fondamentaux : l’acceptation et le lâcher-prise. Qui dit quête dit responsabilité, discipline, courage et par conséquent la frustration et la culpabilité qui vont avec !

 

« La société s'est saisie d'une aspiration individuelle légitime, celle de se sentir mieux, pour en faire un business. Derrière chaque injonction, il y a un appel à la consommation. »

« J'y vois également une volonté de contrôle permanent, de son corps, de sa santé, de sa jeunesse. »

« On nous invite à lâcher prise tout en nous encourageant à multiplier les performances. »

 

« Syndrôme du bien-être », aux éditions l’Echappée, par Carl Cederström et André Spicer. Les deux chercheurs suédois y démontrent les rouages du culte du corps et de la quête désespérée de la santé parfaite.

 

Quand la quête du bien-être tourne à l’obsession.

L’express Style - Article

Source

 

      Attristée que ce genre de réflexion et d’ouvrage puisse voir le jour, j’en comprends néanmoins l’utilité. Quand je lis ce genre d’article, je pense qu’une prise de recul est grandement nécessaire en tant qu’individu d’une part mais également en tant que praticienne thérapeutique et bien-être, d’autre part.

        Je privilégie l’extrême importance de bien différencier le bien-être de la santé sans pour autant les dissocier, et de ce fait d’impliquer l’individu envers sa santé ET son bien-être, indépendamment l’un de l’autre, en gommant toute notion de responsabilisation et donc de culpabilité.

 

          On sait tous qu’il faut manger ni trop gras, ni trop sucré, ni trop salé, ni trop chaud, ni trop froid, ni trop cuit, ni transformé… qu’il faut faire une activité sportive régulière, dormir suffisamment, évoluer dans des environnements personnels et professionnels non toxiques, prendre du temps pour soi, réduire le stress… et la liste pourrait ne jamais cesser de s’allonger et vous le savez tout aussi bien que moi !

 

      Une chose est certaine, c’est que les rythmes et conditions de vie modernes engendrent une accumulation de toxines (ama en sanskrit) sans précédent dans notre organisme. Et qu’il existe des moyens de venir contrer, à l’échelle individuelle, cet empoisonnement perpétuel que ce soit sous la forme d’une cure Détox ou sous la forme d’une hygiène de vie appropriée, ou encore par les deux combinés.

          On revient donc sur le principe de l’inspiration car tout existe depuis des millénaires mais tout est sans cesse reformulé à la sauce des uns et des autres. Sachez donc avant tout que TOUT se trouve en vous et que vous seul devez apprendre à puiser et mettre en pratique le meilleur pour vous. Rien n’est obligatoire, tout n’est que conseildécouvrez, essayez, ressentez, accordez-vous simplement la vertu de vivre !

 

Ama et fac quod vis

(Aime et fais ce que tu veux)

Saint Augustin

 

 

Qu'en dit l'Ayurvéda ?

         

         ​

​La véritable cure ayurvédique, nommée Panchakarma et signifiant les cinq (pancha) actions (karma) de purification et réjuvénation, est exclusivement à visée thérapeutique. Cela correspond à une période de soins intensive qui permet de nettoyer en douceur et en profondeur l’organisme dans son ensemble par la réalisation d’actions de purification. Décrites dans de nombreux textes anciens, voici les 5 actions thérapeutiques de purification en question :

 

- Vamana: élimination par la bouche = vomissement

> purification majoritairement anti-Kapha

- Nasya : élimination par le nez

> purification majoritairement anti-Kapha

- Virechana : élimination par l’anus = purge des intestins

> purification majoritairement anti-Pitta

- Basti : lavement du côlon

> purification majoritairement anti-Vata

- Raktamoksha : saignée

> purification majoritairement anti-Pitta

* la saignée est pratiquée de manière extrêmement occasionnelle (lors d’infection locale du sang par exemple) et généralement par l’utilisation de sangsues.

 

    Pour autant, la cure ayurvédique de Panchakarma ne se concentre pas uniquement sur ces divers protocoles de purifications. Ces actions (une ou plusieurs) sont judicieusement intégrées dans un programme précis et spécifiquement individualisé. Classiquement, n’importe quelle cure ayurvédique est déterminée suite à l’élaboration d’un bilan ayurvédique. Ce dernier permet de décrire la constitution native (prakriti) de la personne mais également ses déséquilibres (vikriti) sur lesquels la cure va s’orienter. À la suite de ce bilan, le praticien en charge de la cure, établit les 3 phases de traitement à suivre :

 

Purvakarma (pré-traitement) : la préparation

Panchakarma (traitement) : la purification

Paschatkarma (post-traitement) : la régénération

 

           Le purvakarma est communément composé de soins ayurvédiques de type Snehana et Svedana. Le Snehana correspond à une oléation qui peut être externe ; par soin corporel à l’huile médicalisée, ou interne ; par ingestion de ghee médicalisé. Le Svedana correspond au processus de sudation (bain de vapeur). Ces différentes catégories de soin font parties des soins fondamentaux de la médecine ayurvédique. En effet, l’application d’huile (interne/externe) et de chaleur a pour fonction de venir désincruster les toxines de l’ensemble du corps (tissus/cellules) afin d’en permettre leur élimination par les actions de purification du panchakarma.

          Le panchakarma est ensuite traditionnellement pratiqué en choisissant une ou plusieurs actions de purification (élimination/lavement) spécifiques aux déséquilibres de l’individu traité.

            Le paschatkarma est enfin probablement l’étape la plus sensible puisqu’elle correspond à la phase de récupération post-purification. Cette période allant de 7 à 90 jours est habituellement composée d’une diète adaptée, d’une prise de complément phytothérapeutique ainsi que d’une routine d’hygiène de vie personnalisée, le tout faisant écho à la constitution native de l’individu et encourageant le maintien des effets bénéfiques du traitement effectué.

 

Exemple d’un protocole de soins lors d’un traitement par Panchakarma

 

1 - Snehana interne : ingestion de ghee.

2 - Virechana : purge.

> 1 et 2 = désincruster les toxines.

3 - Abhyanga : massage à l’huile (snehana externe).

> 3 = favoriser la fluidité des systèmes circulatoire et énergétique.

4 - Svedana : sudation.

5 - Basti : lavement côlon.

(6 - Nasya : élimination par le nez.)

> 4 et 5 (et 6) = éliminer les toxines.

7 - Shirodhara : soin à l’huile sur le front.

> 7 = équilibrer le système nerveux.

À ce protocole se rajoute d’autres soins apaisants, une diète personnalisée, des exercices de méditation, de yoga et du repos.

 

En savoir plus

article     /     vidéo

 

            Le Panchakarma est conventionnellement déconseillé aux enfants, aux séniors de plus de 80 ans, et aux personnes présentant une maladie en phase aiguë. En revanche, il sera vivement recommandé aux personnes souffrant d’un épuisement nerveux (dépression, fatigue chronique…) ou de problèmes tels que : insomnies, migraines, douleurs dorsales (lombaires, cervicales) et articulaires, dérèglement hormonal, diabète, polyarthrite, constipation, colopathie ou inconfort intestinal, répétition d’infections de la sphère ORL (bronchite, asthme, sinusite), réactions cutanées (acné, eczéma, psoriasis) et bon nombre d’autres maladies chroniques... De même, il est globalement parfaitement indiqué à toutes personnes de plus de 30 ans déjà engagées dans une démarche yogique et méditative souhaitant exacerber leur conscience psycho-corporelle et approfondir leur pratique spirituelle.

             Le Panchakarma est par conséquent une véritable approche préventive et complémentaire de la santé. C’est un moment de ressourcement et de régénération total du corps et de l’esprit. Il présente l’avantage, sur les simples cures « Détox » qui se focalise sur le système digestif, de purifier l’organisme dans son ensemble. Cette authentique programme ayurvédique détoxifie, assainit et équilibre l’ensemble des systèmes physique, physiologique, psychologique, émotionnel et énergétique. Cet art thérapeutique ancestral contribue ainsi à lutter contre, ou plutôt, à vivre avec les effets du temps et de l’environnement dans lequel on évolue quotidiennement.

             Comme évoqué, l’authentique Panchakarma est donc recommandé dans la prise en charge totale ou complémentaire de certaines pathologies en se pratiquant sous une surveillance médicale au sein d’une clinique ayurvédique principalement en Inde ou dans certains grands instituts à travers le monde (Arya Vaidya Sala en Inde, Deepak Chopra Center en Californie, Centre de santé Maharishi Ayurvéda en Suisse…). Réalisable sur une période d’a minima 3 semaines, ces séjours nécessitent une préparation physique et psychologique témoignant d’un engagement élevé dans tous les aspects d’une hygiène de vie saine et équilibrée.

       Toutefois, de nos jours, même si les cures ayurvédiques n'ont pas toutes une vocation médicale, elles s’orientent néanmoins toutes dans la même direction : un ressourcement global de l’être. Ainsi, il existe d’innombrables formules allégées de ce programme, initialement thérapeutique, réalisable sur une période réduite. Cela reste dans tous les cas un moment privilégié d’exception pour retrouver un équilibre et (re)-prendre en charge sa santé à travers un art de vivre approprié.

        Au regard de la considération de l’Ayurvéda par la législation française, cantonné au secteur du bien-être, il va de soi que la très grande majorité des séjours, cures, stages, soins en instituts, gite ou à domicile suivent les tendances marketing et surfent sur le business de la « healthy life ». De ce fait, la différence entre l’approche bien-être qui peut être proposée par tous et la recherche de l’aspect thérapeutique offert par l’Ayurvéda se distinguera par la qualité du praticien. C’est en effet de lui qu’émanera le protocole individualisé (diète, soins…) en réponse au bilan physico-psychologique approfondi qui lui aura permis d’établir la constitution ayurvédique et les déséquilibres éventuels de l’individu et d’orienter la cure vers un programme parfaitement approprié.

 

 

 

 

 

Une chose est certaine, il y en a pour tous les goûts et le souci résidera principalement au niveau du choix !

 

 

 

 

 

 

 

Entre formule bien-être et programme thérapeutique : la cure by MayStudio.

 

            « Mens sana in corpore sano »* prend toute sa signification dans la philosophie ayurvédique qui préconise une purification du corps et un apaisement du mental comme hygiène de vie au quotidien. C’est la raison pour laquelle il est important d’allier, en réponse à l’épuisement et au besoin de ressourcement, un programme de purification et de régénération afin de rétablir l’équilibre ou de simplement nettoyer l’organisme des toxines qu’il accumule continuellement. Celles-ci se retrouvent plus ou moins en excès en fonction de notre art de vivre (alimentation – activités – environnement) et induisent nos déséquilibres physiques, physiologiques et psychologiques.

*un esprit sain dans un corps sain

 

« Écouter, identifier et respecter ses besoins permet de prendre du temps pour soi et de maintenir une hygiène de vie équilibrée. »